Architecture : le musée de Besançon retrouve la lumière

Sur le chantier du Musée des beaux-arts et d’archéologie (MBAA) de Besançon, architecte : Adelfo Scaranello. YOHAN ZERDOUN

Le Musée des beaux-arts et d’archéologie (MBAA) de Besançon, l’un des plus anciens de France, vient de connaître une nouvelle métamorphose. Implantée en 1842 dans l’étage d’une halle aux grains dessinée par Pierre Marnotte (1797-1882), avant d’en occuper la totalité, l’institution a été bouleversée entre 1967 et 1970. Telle une construction dans la construction, une monumentale structure en béton brut conçue par Louis Miquel (1913-1987), un ancien collaborateur de Le Corbusier, a pris place dans la cour intérieure. Dernière transformation en date : Adelfo Scaranello a parachevé la fusion des deux styles en apportant de brillantes solutions d’espace et de lisibilité au bénéfice des visiteurs et des collections.

Pour mener à bien son projet, Adelfo Scaranello a, dit-il, disposé de deux outils : la lumière et la transparence. C’est à partir de leur combinaison qu’il est parvenu à donner une nouvelle jeunesse au lieu et à réconcilier à sa manière l’éternel antagonisme entre ancien et moderne. « Beaucoup d’architectes avaient considéré le rajout de Louis Miquel comme un objet introverti, solitaire, explique-t-il. J’ai voulu qu’il devienne une bague dans son écrin. »

Lire la suite de l’article de Jean-Jacques Larrochelle sur Le Monde

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.